La doctrine de Christ

L’ETAT PRESENT DU  MINISTERE DE FRERE BRANHAM

 No3

27 Février 2022

Pasteur Levi Ruculira

 

●1 L’état présent du ministère de frère Branham c’est un sermon adressé particulièrement aux ministres de l’évangile, dans le but de les aider à comprendre les étapes du ministère de frère Branham que  le Seigneur lui avait donné et de les affermir dans la foi.

Cette étude les aidera à  comprendre la commission que Dieu avait donné a frère Branham, et comment il l’avait bien accomplis.

Voir notre étude sur L’ETAT PRESENT DU  MINISTERE DE FRERE BRANHAM  No1 20 Février 2022

Cette étude les aidera également à répondre aux questions : Pourquoi les gens laissent-ils le message que Dieu avait confié a Frère Branham?,

Pourquoi il ya plusieurs départ dans le message ?

Pourquoi les gens  disent il -toutes  ces choses sur la personnalité et le ministère de frère Branham?

Pourquoi ces dénominations sont-elles unies pour combattre le message? Voir notre étude sur L’ETAT PRESENT DU  MINISTERE DE FRERE BRANHAM  No1 20 Février 2022

Dans notre deuxième partie de l’étude  L’ETAT PRESENT DU  MINISTERE DE FRERE BRANHAM  Nous avons montrer ou frère Branham prédit son départ en utilisant les mêmes paroles que Paul avait utilisé.

Et avant son départ, Il nous confirme avoir combattu le bon combat, et avoir bien achevé sa course, et bien  gardé la foi.

La couronne de justice lui est réservé; le Seigneur, le juste juge, le lui donnera dans ce jour-là, et non seulement à lui, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement.

Nous avons montré aussi  ou Il prédit, le temps d’être abandonner, pas seulement lui mais a chaque homme, chaque saint, chaque vrai serviteur de Dieu qui restera avec la Parole, il sera rejeter  par les organisations ecclésiastique.

Nous avons aussi montré ou il nous demande de  Rester fidèles à la Parole, pour  gagner.

Et dans notre troisième partie de l’étude  L’ETAT PRESENT DU  MINISTERE DE FRERE BRANHAM  Nous allons lire le prophète nous montrer les exemples dans la Bible, de la Genèse a l’Apocalypse, ou chaque homme, chaque saint, chaque prophète, chaque vrai serviteur de Dieu qui restait avec la Parole était abandonné par l’organisation ecclésiastique et était rejeté

●2 Commençons la lecture dans son sermon,

L’ETAT PRESENT DE MON MINISTERE     JEFFERSONVILLE IN USA    Sam 08.09.62

91.    Combien je pense à cela! Combien un serviteur qui sera fidèle à la Parole, tôt ou tard, rappelez-vous simplement, les gens vont l’abandonner. Maintenant, nous voulons insister là-dessus, juste pendant quelques minutes, et je ne vous garderai pas trop longtemps maintenant, parce que je veux que vous soyez ici demain matin. A chaque fois, lorsque le serviteur de Dieu demeure fidèle à la Parole, tous l’abandonnent. Et cela... Maintenant choisissez n’importe quel exemple, à n’importe quelle époque dans la Bible ou dans l’histoire, ou lorsqu’un homme restait fidèle, peu importe combien il était populaire, lorsqu’il restait fidèle à la Parole, le temps venait où le monde religieux l’abandonnait et le rejetaient. Maintenant, vous pouvez le lire simplement dans la Bible, de la Genèse au Livre de l’Apocalypse, et prenez le Concile pré-nicéen et aller jusqu’aux «Pères Nicéens», et chaque homme, chaque saint, chaque prophète, chaque vrai serviteur de Dieu qui restait avec la Parole était abandonné par l’organisation ecclésiastique et était rejeté. Et Paul était l’un d’eux.

92.    Et s’il y en avait aujourd’hui, ça serait pareil. C’est exactement la vérité. Vous devez en venir là. Cela doit arriver. Ils pensent qu’un homme qui aurait un ministère pareil devrait tenir le monde entier sous sa domination. Il le devrait, mais ils ne veulent pas être sous domination. Voyez-vous? Et un tel homme ne tiendra pas sous sa domination un ministère, ni le monde; il abandonnera ça sous la domination de Son Maître, parce qu’il n’est pas ici pour se représenter lui-même, il représente Son Maître.

●3 Elie avait été abandonné.

L’ETAT PRESENT DE MON MINISTERE     JEFFERSONVILLE IN USA    Sam 08.09.62

96.    Considérons Elie quand il avait été abandonné. Pourquoi? Parce qu’il était resté fidèle à la Parole. Il a dit : «Tous les hommes m’ont abandonné.» Et il était excommunié de la société, de l’organisation, même de l’organisation nationale, ou de l’église nationale d’Israël, le prêtre et tous l’avaient jeté dehors et il n’avait même pas un manteau comme Paul, mais un petit bout de peau de mouton, ou de cuir drapé autour de lui, et il était assis sur une montagne et était nourri par les oiseaux. Oui, oui. Pourquoi? Pour l’amour de la Parole de Dieu, parce qu’il était fidèle à l’AINSI DIT LE SEIGNEUR. Maintenant, ils étaient tous devenus modernes. La «première Dame» du pays, Jézabel, lançait toutes les modes et ces choses. Et les prêtres avaient cédé à cela et à d’autres choses, et tous les prédicateurs et autres, ils s’entendaient bien à ce sujet. Mais pas Elie, il restait fidèle à cette Parole. Et pour cela, il était abandonné à tel point qu’il s’écria : «Seigneur, je suis le seul qui reste, et ils cherchent même à attenter à ma vie.»

97.    Mais Dieu lui donna une consolation, disant : «J’en ai encore sept mille là-bas!»

98.    Voyez-vous, je ne crois pas qu’Elie se vantait parce qu’il était seul, mais je pense qu’il était simplement si abandonné. Chaque fois qu’il allait vers un prêtre pour tenir une réunion, on le renvoyait. Il allait à tel endroit : «Va-t’en d’ici, espèce de fanatique! Va-t’en d’ici! Va faire ceci!» On en a eu la preuve quand Elisée est arrivé, son successeur. Eh bien, qu’est-ce qu’ils ont fait? Ils ont même... Ce jeune homme était chauve et ils envoyaient leurs petits enfants pour se moquer de vieux «charlatans». Il est dit que tous les deux étaient considérés comme des charlatans; et les enfants disaient : «Vieux chauve! Eh! le chauve, pourquoi n’es-tu pas monté au ciel comme Elie?» Ils ne croyaient pas qu’il était monté. Oui, oui. Voyez-vous? Ils pensaient simplement qu’ils étaient des charlatans. Mais ils étaient fidèles à la Parole, avec un ministère confirmé. Elie tenait ferme. Très bien.

●4 Daniel, et les enfants hébreux  avaient été abandonnés

99.    Daniel a fidèlement pris position. Vous savez, j’ai trouvé cela dans Daniel 12 ou Daniel 9 je crois. Lorsque vous ... Daniel a fidèlement pris position pour la Parole. Qu’est-ce qui lui est arrivé? Alors qu’il était le bras droit du roi, il a pourtant pris position pour la Parole et fut excommunié et jeté dans une fosse aux lions. Un homme de Dieu qui restait fidèle à la Parole!

100.  Les enfants hébreux restaient fidèles à la Parole sous la proclamation du roi que «quiconque ne s’inclinera pas devant cette image quand le psaltérion retentira et qu’on sonnera des trompettes, etc., quiconque ne s’inclinera pas devant notre image sera jeté dans la fournaise ardente.» Et eux–eux, sans se soucier de ce qu’ils deviendraient si impopulaires, sans ce soucier à quel point ils seraient excommuniés de la société, ils sont restés fidèles à la Parole. J’aime cela.

●5 Moise et Jésus  avaient été abandonnés

44.    Jésus, le jeune Prophète de Galilée, a eu un temps où Il a été abandonné. Tous les hommes qui restent avec la Parole de Dieu arrivent à ce moment où ils sont abandonnés par le monde et le monde religieux. Jésus a nourri cinq mille personnes un jour, et ils ont ramassé des corbeilles pleines de–de morceaux des cinq pains et des deux poissons. Et je crois que c’était le lendemain même, Il a commencé à présenter la Parole, et ils ont tous commencé à Le quitter. Et Il a regardé Ses disciples et Il a dit : «Vous aussi, vous voulez vous en aller?» Même soixante-dix de Ses ministres ordonnés Le quittaient. Et Il a dit : «Vous aussi, vous voulez vous en aller?»

45.    Mais alors Pierre a prononcé ces remarquables paroles, disant : «Seigneur, où irions-nous? Toi seul as la Vie Eternelle.»

102.  Jésus demeura fidèle à la Parole du Père : «Je fais seulement ce que le Père dit. Il est écrit : ‘L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu.» Pour Jésus, fidèle à jamais à cette Parole, Il vint un temps où Il perdit tous les amis qu’Il avait. Chacun d’eux L’abandonnait et partait. Tous. Et les gens qui voyaient qu’on se moquait de Lui et qu’Il était l’objet de railleries, perdaient confiance en Lui. «Comment un homme qui pouvait parler à un homme mort dans un tombeau et le ressusciter, comment un homme qui pouvait prédire des événements jusque dans les délais de leur accomplissement sans jamais avoir–jamais faillir, pouvait-il ensuite se trouver dans les tribunaux, le visage en sang à cause des poignées de barbe qu’on Lui avait arrachées, et les crachats des soldats ivres coulant le long de Son visage, un chiffon sur Sa tête, alors qu’on le frappait sur la tête avec un bâton, et qu’on disait : «Prophétise et dis-nous qui T’a frappé, et nous le croirons»? Eh bien, les disciples partaient simplement, disant : «Ah!»

103.  Vous voyez, ils ont si vite oublié ce que Dieu avait fait. Comme disait Moïse à la mer Rouge lorsqu’il était là, il a dit : «Dieu a fait dix miracles extraordinaires, êtes-vous toujours si rebelles que vous ne savez pas qu’Il est toujours Dieu?» Il est allé là-bas et il a maudit les terres, il–il a jeté une malédiction sur le pays. Il a fait venir des grenouilles, des puces, des mouches, tout, et un–un grand coup qui tua tous les premiers-nés, et l’ange de la mort passait dans le pays, et pourtant ces gens ne voulaient pas le suivre à la mer Rouge. Quelle rapidité, dès que votre popularité... Quand ils ont vu ces grandes lances brillantes de cent mille hommes arrivant comme cela, ou peut-être, oui, peut-être un million d’hommes qui venaient, avec le grondement des chars et la poussière qui volait, ils ont simplement abandonné et ont reculé, et... «Moïse, nous aurions dû mourir là-bas.» Voyez-vous. Et Dieu a dit qu’il les a laissés mourir dans le désert à cause de l’incrédulité. «Moïse, ton ministère est au bout du rouleau, c’est tout! Tu es un homme fini!» Voyez-vous, ils ne comprennent pas. Ils ne saisissent pas cela.

104.  Et maintenant c’était pareil quand Jésus, le jeune Rabbi ou Docteur, ou Prophète de Galilée, était en train d’accomplir tous ces miracles et ces choses. Comment pouvait-Il bien supporter et tolérer une chose pareille? Comment pouvait-il se laisser enchaîner par un homme, alors qu’Il pouvait briser le sceau d’une tombe et ressusciter un homme mort, le ramenant de l’Eternité? Comment pouvait-il faire cela, alors qu’il pouvait parler à un fils mort et desséché et le faire revenir à la vie; et Lazare, mort et en décomposition dans la tombe, et le faire sortir? Comment pouvait-Il se tenir là, disant : «Je suis la Résurrection et la Vie. Celui qui croit en Moi, même s’il était mort, il revivra. Quiconque vit et croit en Moi ne mourra jamais.» Et rester là, lié avec des fers, et des crachats sur le visage, et sans ouvrir la bouche? Les disciples disaient : «Il a perdu son ministère!» Oui. Voilà comment les choses se passent. Dieu, ce pauvre monde!

105.  Même son Eglise, les douze auxquels Il avait pris plaisir et à qui Il avait tout dit, et aucun d’entre eux... Ils Lui tournaient le dos. Un seul se tenait avec lui, c’était Jean. Précisément à l’heure où tout était fini, tous les espoirs étaient partis, Il était là lié, on L’avait emmené là-haut, Il était l’objet de moqueries et on crachait sur Lui, et Il avait le dos tourné vers le... Ils ne savaient pas que cela accomplissait les Ecritures.

107.  Maintenant, Son Eglise L’a abandonné. Tous les hommes et la nature L’ont abandonné. Vous parlez de quelqu’un qui est abandonné! Paul ne connut pas d’abandon du tout comparé à ce que Lui a connu. La création même qu’Il avait créée L’a abandonné, la lune, et les étoiles, et le soleil, et tout, Dieu et tout. L’homme, Dieu, la nature et tout L’ont abandonné, rien ne se tenait là, Il est mort seul. A-t-il perdu Son ministère? Il était en train d’accomplir Son ministère, non de le perdre. Cela en fait partie. C’est ce qui arrive. Ça doit l’accompagner.

108.  Maintenant, tout L’avait abandonné. Mais c’était à ce moment-là que Dieu est entré en scène, parce que tout homme qui connaît la Parole restera avec la Parole, sachant que la Parole est Dieu. Voyez-vous? Et la Parole doit se révéler Elle-Même. La Parole Infaillible doit se révéler Elle-Même. Elle doit le faire, pour... parce que la Parole est Dieu. Et si Elle a agi sur d’autres tout au travers les âges, Elle agira de la même façon maintenant, parce qu’Elle est Dieu. N’oubliez jamais cela. Parce que Jésus savait que, étant la plénitude de la Parole, Il n’était pas seulement un Prophète, Il était Dieu Lui-Même. Il était la Parole. C’est pourquoi non seulement les hommes L’ont abandonné, mais la nature aussi L’a abandonné. La création toute entière L’a abandonné, tout, les étoiles, la lune, il n’y avait pas la lumière quand Il mourut. Tout L’a abandonné, voyez-vous, parce qu’Il est le Créateur de toutes choses. «Il était dans le monde, et le monde a été fait par Lui, et le monde ne L’a point connu!» Voyez-vous? Il était le Créateur de toutes choses. Toutes choses! Maintenant, la seule chose est que nous... nous ne créons pas, mais nous essayons de convertir, et ceux que nous essayons de convertir sont ceux qui abandonnent et s’en vont, voyez-vous. Quand le temps vient pour la Parole de faire Sa véritable démonstration, cela doit être ainsi. Maintenant, rappelez-vous simplement, c’était à ce moment-là que Dieu est entré en scène.

109.  Et dans la vie de notre Seigneur Jésus, les oeuvres puissantes qu’Il a faites durant la première année et demie de Sa vie, oh! combien Il était un homme puissant! Il n’y a jamais eu quelqu’un comme Lui sur la terre, il n’y en a jamais eu depuis, il n’y en aura jamais après. Mais que s’est-il passé? Il a été l’objet de plus de moqueries que personne, que tous les autres mis ensemble. La nature se moquait de Lui, et la création se moquait de Lui, tout se moquait de Lui, parce que tout était dans une condition pervertie. C’est la raison pour laquelle les coeurs des hommes se sont moqué du vrai serviteur de Dieu, parce qu’ils sont pervertis. La nature est pervertie, en voilà la raison.

 

106.  Eh bien, ne savez-vous pas que les choses qui arrivent aujourd’hui accomplissent les Ecritures exactement à la lettre? Pourquoi les gens laissent-ils... disent-ils ces choses? Pourquoi ces dénominations sont-elles déchaînées? Pourquoi font-elles cela? C’est écrit dans les Ecritures qu’elles le feraient. Ils entrent tout droit dans la chose et font la chose eux-mêmes, aveugles et ignorant qu’ils font cela. Pensez-vous que Judas savait qu’il jouait le rôle de Judas? Pensez-vous que Pharaon savait qu’il était en train de jouer un rôle et que Dieu l’avait suscité dans ce but? Pensez-vous qu’Esaü aurait fait les choses qu’il avait faites? Sûrement pas. Il est dit : «Ils ont des yeux et ils ne voient pas, des oreilles et ils n’entendent pas.» Mais observez l’Ecriture, Elle se révèle. Voyez-vous? Nous sommes au temps de la fin, cela doit être ainsi.

●6 Paul avait était abandonné.

47.    Remarquez, Paul dit : «J’ai combattu le bon combat. J’ai achevé la course. J’ai gardé la foi.» Oh! la la! Plus bas, il est dit : «Je me suis battu avec des bêtes. Et je–j’ai été délivré de la gueule du lion.» Et les choses par lesquelles il passait, Dieu était bon pour lui. Mais le temps était venu où il devait partir.

48.    Maintenant, nous nous demandons pourquoi un homme, un prédicateur, associé comme Démas l’était avec Paul, devait quitter Paul.

51.    Eh bien, qu’est-ce que Paul avait fait? Il avait prêché aussi fidèlement qu’il pouvait, et le Saint-Esprit était sur lui. Et lorsqu’il a écrit là au sujet de ces femmes prédicateurs et ces choses, je m’imagine que cela a fait du bruit. Il dit : «Que les femmes se taisent dans les églises, qu’on ne leur permette pas de parler.» Et il était en prison à ce moment-là.

52.    Est-ce que vous pouvez vous imaginer ce qu’ont dit quelques-uns de ces évêques? «Ce gars là-bas en prison, de quoi se mêle-t-il pour nous écrire? Voyez-vous? Et il a Timothée, un buveur de vin avec lui. Et il est là-haut maintenant, lui qui nourrit de vin Timothée et le voici en prison, et il écrit, il nous dit ce que le Saint-Esprit devrait nous dire de faire.»

53.    Mais il a dit ceci : «Quoi? Est-ce que la Parole de Dieu est sortie de vous? Est-ce à vous seulement qu’elle est venue? Si un homme pense qu’il est spirituel ou prophète, qu’il reconnaisse que ce que j’écris sont les commandements du Seigneur.» Voyez-vous?

55.    Maintenant, je m’imagine que Démas ne l’a pas abandonné pour aller dans des boîtes de nuit. Je ne pense pas que Démas ait fait cela, parce que Démas était un homme rempli de l’Esprit. Il était un grand assistant. Si vous avez jamais lu l’histoire de Démas, c’était un prédicateur remarquable, un homme très cultivé, très brillant, instruit. Il était un homme intelligent. Mais pourquoi avait-il abandonné Paul? C’est là le problème. Qu’est-ce qui l’a poussé à faire ça, à abandonner Paul? Je ne crois pas qu’il voulait aller à une boîte de nuit ou quoi que ce soit. Mais je crois que c’était Dieu qui séparait Paul. Maintenant, je pense que Démas...

56.    Prenons quelques-unes des idées de Démas. Lorsque j’étais assis en bas de la colline l’autre jour en train de me poser des questions, il faisait à peu près jour et je pensais : «Pourquoi Démas voulait-il quitter ce pauvre gars? Pourquoi voulait-il quitter ce pauvre petit prédicateur qui l’avait conduit au Seigneur, l’homme qui avait été le fer de lance du réveil parmi les Gentils, en fait, un prophète?» Personne ne pouvait dire autre chose si ce n’est qu’il était prophète. Il était plus qu’un prophète, il était un apôtre, et un grand et puissant apôtre pour les Gentils. Et Démas était associé avec Paul, il communiait avec lui et il voyait l’Esprit de Dieu se mouvant sur cet homme. Et pourquoi avait-il tourné le dos à une personne pareille, qui avait été confirmée comme étant un serviteur de Christ? Avez-vous remarqué les paroles de Paul ici, «par amour pour le siècle présent.» Je ne pense pas que Démas avait rétrogradé. Je ne pense pas qu’il ait rétrogradé. Mais je pense qu’il–il avait une fausse opinion de Paul.

57.    Maintenant, Démas sortait d’une famille riche et il était fortuné, et parfois l’argent signifie la religion pour certains. Comme on dit en Californie, «Si vous ne possédez pas trois Cadillac, vous n’êtes pas spirituel.» Donc cela veut dire que, si vous n’avez pas de succès, si vous n’avez pas l’église la plus belle de la ville, les gens ne viendront pas. C’est presque ainsi ici. Cela vous prouve que vous–vous devez avoir la plus belle église du pays, sinon on dira : «Vous, oh! vous voulez dire que vous vous êtes joint à un petit groupe pareil?»

58.    Saviez-vous que notre Seigneur n’avait pas d’endroit pour reposer Sa tête? Saviez-vous qu’Il n’avait qu’un seul manteau? Vous voyez? Et Il était harassé, Il était vraiment le genre de personne qui était bousculée. Et Il n’avait pas d’endroit pour reposer Sa tête. Mais ils auraient pu penser la même chose à Son sujet, et ils le faisaient.

59.    Et maintenant, je crois que Démas a apparemment vu une faiblesse dans le ministère de Paul. Je crois qu’il pensait que le pauvre était hors de combat devant Dieu. Maintenant, il pensait que les gens qui se seraient arraché les yeux pour les donner à Paul...

60.    Maintenant, le... Paul l’a dit; il a dit : «Vous vous seriez, au moins, arraché les yeux pour me les donner.» Parce que, nous le pensons, Paul avait mal aux yeux, car il a dit : «J’ai écrit en de si grandes lettres.» Il a dit: «Une grande lettre», mais j’ai le–le lexique qui dit : «Avec de grandes lettres.» Il était à Rome, en prison là-bas. Quelque chose n’allait pas. Il dit que ses yeux lui avaient causé des ennuis depuis la vision céleste. Donc, il...les gens se seraient arraché les yeux en voyant Paul souffrir; ses yeux lui causaient des ennuis, et il souffrait. Et il a demandé par trois fois au Seigneur de le guérir. Et il dit : «Et pour que je ne sois pas enflé d’orgueil à cause de l’excellence de la Révélation, il m’a été envoyé un ange du diable pour qu’il me soufflette.» Tantôt ça allait assez bien, et puis il le frappait de nouveau. Tantôt il allait mieux, puis il le frappait de nouveau.

61.    Vous voyez, Paul avait un ministère plus grand que tout le reste des apôtres mis ensemble. Quelques-uns d’entre eux auraient pu dire : «Eh bien, j’ai marché avec Jésus.» Bien, des hommes dans la rue ont marché avec Lui quand Il était ici. Mais Paul l’a vu dans la Colonne de Feu après qu’Il fut mort, enseveli, monté au Ciel. Et Il est revenu et a appelé Paul, vous voyez, sur la route vers Damas. Et il avait un plus grand ministère que Matthieu, Marc, Luc ou qui que ce soit d’autres. Il les dépassait de loin. Et il dit : «Pour que je ne sois pas enflé d’orgueil maintenant et que je ne dise pas : Maintenant, vous les gars, vous n’y connaissez rien. J’ai vu le Seigneur après Sa résurrection.»

62.    Eh bien, ils ont dit : «Nous avons marché avec Lui.» Eh bien, c’est ce qu’avaient fait tous ces gens là-bas à travers la Galilée et à Nazareth et à travers le pays là-bas. Ils ont tous marché avec Lui.

63.    Mais, vous voyez, Paul avait parlé avec Lui et L’avait vu sous la forme qu’Il avait avant qu’Il eût été fait chair. Voyez-vous? Et Il a commissionné Paul dans cet état. Pendant qu’Il était dans cette Lumière, Il a commissionné Paul. Et–et Paul L’a vu. Et il a dit : «Pour que je ne sois pas enflé d’orgueil, que je ne me sente pas un peu plus que quelques-uns de vous, frères, il m’a été envoyé un ange du diable» qui le gardait humilié. Et il dit : «J’ai prié le Seigneur trois fois pour que cela me soit enlevé.» Et Il dit: «Saul, ou Paul, Ma grâce te suffit!» Alors Paul a dit : «Je me glorifierai dans mes infirmités, parce que quand je suis faible, c’est alors que je suis fort. Vous voyez, je me glorifierai en cela.»

L’ETAT PRESENT DE MON MINISTERE     JEFFERSONVILLE IN USA    Sam 08.09.62

64.    Maintenant, avez-vous remarqué maintenant, un homme qui avait un ministère plus grand que quiconque parmi ceux qui avaient été dans le champ missionnaire. Paul, le plus grand ministère de tous ceux-là, lui qui avait vu Jésus dans une Colonne de Feu et avait été commissionné par Lui pour faire ce qu’il a fait, et qui a été confirmé par le même Dieu, la même Puissance, avec des signes et des miracles au-delà de tout soupçon. Et il était si pauvre qu’il n’avait qu’un seul manteau, prêchant à un groupe de gens qui se seraient arraché les yeux, et quelques-uns étaient des millionnaires. Et pourtant Paul n’avait qu’un seul manteau. Il dit : «Apporte ce manteau, il commence à faire froid ici.» Il était dans un pays montagneux. Il n’avait qu’un seul manteau.

65.    Et pour Démas, un homme de position élevée, d’une grande envergure, cultivé, instruit, et un homme riche qui avait beaucoup d’habits de rechange, «Cet homme, quelque chose n’allait pas chez lui. Il avait tant d’amis qui se seraient arraché les yeux pour les lui donner, et pourtant il était si pauvre qu’il n’avait qu’un manteau. Quelque chose n’allait pas chez Paul.»

66.    Oh! vous savez, cet esprit ne quitte pas le monde, ils ont encore la même chose. L’argent n’est pas Dieu. Il n’y a qu’un seul Dieu, voyez-vous. Mais les gens pensent que parce que vous avez un grand ministère, vous devriez posséder tout ceci et tout cela, et toutes ces grandes choses, et de grandes écoles et de grands ceci et cela. Dieu ne traite pas avec ces choses-là. Ou, du moins, c’est cela mon opinion. Dieu traite avec un individu. Il ne nous a jamais ordonné d’aller faire de telles choses.

67.    Mais Paul, avec un manteau, et ici il dit à Timothée de le lui apporter parce qu’il commençait à faire froid là-haut. Oui, oui. Un homme qui avait un ministère et qui avait prêché à des dizaines de milliers de personnes, c’est ce que Paul a fait, et un ministère qui pouvait faire toutes sortes de miracles et il avait vu Jésus dans une Colonne de Feu, d’où Il l’avait commissionné, et il ne possédait pourtant qu’un seul manteau. Démas a dit: «Un type pareil!»; et il s’est détourné de lui.

68.    Maintenant, quand il était là-haut en train de prêcher à Troas, nous voyons qu’il y eut un homme là-haut qui était forgeron. Et c’était un coquin. Et il haïssait le christianisme. Et il avait fait à Paul tout ce qu’il pouvait lui faire, il l’avait fait jeter en prison. Et chaque... Même Paul a averti Timothée pour la même chose. «Fais attention à ce gars.» Et voilà Démas! Ô Dieu! que les gens l’entendent! Démas se tenait là aux côtés d’un homme qui avait frappé un autre de cécité pour s’être disputé avec lui. Maintenant, vous prédicateurs de l’Eglise de Christ, écoutez bien maintenant. Il y en avait un qui m’a dit une fois : «Frappez-moi de cécité! Frappez-moi de cécité. Vous avez le Saint-Esprit, frappez-moi de cécité.» Je dis : «Vous êtes déjà aveugle.» Voyez-vous?

69.    Maintenant, pourquoi Paul n’a-t-il pas frappé le forgeron de cécité? Le même genre d’esprit qui est sur des gens qui pensent cela, c’est la même chose qui était sur Démas. Un homme qui pouvait frapper un homme de cécité pour s’être disputé avec lui, et qui ensuite se retourne et laisse un forgeron gâcher son ministère dans la ville. Sans doute que Démas a dit : «Lui, il est au bout du rouleau, il a perdu tous ses dons! Il a–il a perdu son don de frapper de cécité.»

70.    Ne voyez-vous pas comment cet esprit est toujours vivant, disant : «Vous êtes au bout du rouleau, frère»? Oh! cela–cela passe simplement au-dessus de la tête des gens. Ils ne saisissent simplement pas cela, c’est tout ce qu’il en est. Vous voyez? Ils ne le voient simplement pas. Voyez-vous? Ils ne comprennent pas.

71.    Maintenant, Démas... Il n’a pas frappé cet homme de cécité parce qu’il le voulait. Jésus n’a-t-il pas dit : «Je ne fais rien avant que le Père ne Me le montre d’abord»? Est-ce que je ne vous ai pas dit, il y a des années, lorsque ma propre mère, étant alitée et en train de mourir, m’a dit : «Bill, qu’en sera-t-il de moi?» Je ne pouvais rien dire avant que Dieu ne me le dise d’abord. Et c’est juste ce qui s’est passé. L’homme ne peut pas, l’homme est un raté pour commencer. Il est seulement un instrument par lequel Dieu travaille, et Dieu accomplit Sa propre volonté. Mais lorsque vous voyez ces gens formidables qui ont toujours ceci et cela, vous feriez mieux de rester éloignés de cela. Voyez-vous? Jésus Lui-Même ne faisait pas cela. Il dit : «Je travaille seulement quand le Père travaille. Il Me montre quoi faire et alors Je vais le faire. Je ne peux autrement faire autre... quoi que ce soit d’autre.»

72.    Et voici Démas qui voyait Paul, un homme qui avait un ministère pareil, et qui était pourtant si pauvre qu’il ne possédait qu’un seul manteau, et qui voulait que Timothée le lui apporte. Un seul manteau! Mais Paul, pareil à Christ, montrait l’exemple : il n’avait qu’un seul manteau. Alors pourquoi la richesse et beaucoup d’argent et des choses comme cela ont tant d’importance pour les gens aujourd’hui? Attention, maintenant. Et il avait un tel pouvoir que lorsque quelqu’un s’opposait à ce qu’il prêchait, il se retournait pour dire : «Tu seras aveugle pour un temps.» Et l’homme devenait aveugle.

73.    Et voilà un forgeron qui lui avait fait dix fois plus que cet homme, et pourtant il s’en est tiré. Démas a dû penser : «Eh bien, vous voyez, le pauvre est au bout du rouleau. Il a perdu son ministère.» Non, non, il n’avait pas perdu son ministère, pas du tout. Dieu ne fait pas des choses pareilles. Dieu n’est pas comme quelqu’un qui reprend ses cadeaux. Oui. Attention maintenant.

74.    Paul était quelqu’un du même ordre qu’Elie. Elie le prophète est monté sur la montagne sur une commission de Dieu, et il a commandé au feu de descendre du Ciel, et le feu est tombé. Et il a commandé à l’eau, et c’est venu. Et ensuite, sur l’ordre du message de Dieu, il a tué quatre cents prêtres, il leur a coupé la tête et les a fait rouler au bas de la colline; et après il a fui devant les menaces d’une–d’une femme, une petite femme hypocrite, ou plutôt une infidèle. Jézabel, une seule petite femme qui donnait le ton à tout, c’était elle qui en était la cause. Il semblait qu’il l’aurait eue d’abord. Mais Dieu a des façons de faire les choses, et seuls ses serviteurs peuvent agir conformément... s’ils travaillent conformément à la volonté de Dieu.

L’ETAT PRESENT DE MON MINISTERE     JEFFERSONVILLE IN USA    Sam 08.09.62

75.    Ne voyez-vous pas mes amis, vous devez avancer en accord avec la façon d’avancer de Dieu. Combien de fois ne me suis-je pas assis pour conseiller des frères, et combien j’aimerais aller vers eux et leur serrer la main et dire : «Frères, cela ne change rien, continuons simplement à rester des frères.» Comment pourrais-je faire cela et garder ma commission. «Prêche la Parole»? Ils ne veulent pas le faire.

L’ETAT PRESENT DE MON MINISTERE     JEFFERSONVILLE IN USA    Sam 08.09.62

76.    Je me suis tenu parmi des ministres qui me disaient : «Frère Branham, ma tante est là-bas. Je sais que vous êtes un prophète envoyé de Dieu. Allez vers elle et donnez-lui la vue.» Si je le pouvais, j’allais le faire. Je ne peux pas le faire avant qu’Il me dise de le faire. Voyez-vous? Personne n’a pu le faire. Elie n’a pu le faire, personne d’autre n’a pu le faire.

L’ETAT PRESENT DE MON MINISTERE     JEFFERSONVILLE IN USA    Sam 08.09.62

77.    Maintenant nous découvrons que Paul... Démas, en prêchant avec Paul, avait vu Paul regarder un boiteux allongé là et dire : «Je vois que tu as la foi pour être guéri. Lève-toi! Jésus-Christ te guérit.» Il l’avait vu guérir les malades, et pourtant il laisse son ami Théophile malade.

78.    «Paul a perdu son ministère.» C’est ce que Démas a dû penser. «Pourquoi n’est-il pas, s’il avait un don de guérison, pourquoi n’est-il pas allé là-bas pour guérir ce compagnon qui s’est tenu à ses côtés si fidèlement? Il a dit : ‘Je l’ai laissé là-bas malade. Et je n’ai pas de manteau, et je veux que tu m’apportes ce manteau. Et fais attention à ce forgeron, il a tout simplement ruiné cette réunion dans la ville. J’ai dû quitter la ville. Il m’a mis en prison.’» Je pense que Démas a dit : «Quel genre de prédicateur est-il devenu?» Voyez-vous?

79.    Et, frère, il y a un tas de ces esprits de Démas dans le monde aujourd’hui. Ils ne savent pas de quoi il s’agit, voyez-vous. Cela ne sert à rien d’essayer de le leur expliquer, car ils ne le saisiront pas de toute façon. Voyez-vous? Voyez-vous? Un serviteur de Christ suit les empreintes des pas.

86.    Je dis ceci : «Lorsqu’un homme reste fidèle à la Parole, pas seulement dans une réunion, mais dans chaque réunion, lorsqu’un homme reste fidèle à la Parole, le temps viendra où ils le quitteront. C’est vrai. Ils l’ont fait. Ils l’ont fait avec notre Seigneur. Ils le quitteront s’il défend la Vérité. «Tout le monde m’a abandonné.» Et maintenant, qu’est-ce que vous pensez que Démas et quelques-uns de ces hommes pensaient, alors que nous le savons tous, nous qui connaissons l’Ecriture, que Luc était un médecin, et Paul, partout où il allait, prenant ce docteur avec lui? Et il prêchait la guérison divine et laissait son ami malade. Si pauvre qu’il n’avait qu’un seul manteau. Et il a laissé un homme le chasser de la ville, alors qu’il pouvait frapper un homme de cécité. Voyez-vous, ils pensaient qu’il était au bout du rouleau. Mais il ne l’était pas. Il était exactement dans les Empreintes de Pas ensanglantées. Il continuait de les suivre. J’espère que vous comprenez. Il dit : «Tout le monde m’a abandonné.»

87.    Démas, lui, aimait ce siècle présent, la popularité de l’homme. «Bonjour, Docteur Démas! Je sais que vous avez votre diplôme de Docteur.»

88.    Oh! certainement qu’ils aiment ça! Jésus a dit : «Combien vous aimez vous tenir debout dans les synagogues et être appelés «Rabbi» etc.» Il a dit: «Vous ne recevez que plus de damnation.» Vous voyez?

90.    Démas a dit : «Je ne m’associe pas à un gars pareil. Il est simplement une–il est simplement une personne de basse classe. Je continuerai avec les frères dénominationnels. J’irai là où je serai quelqu’un.» Si c’était pour une chose pareille, j’aimerais partir juste après que Baxter aura fini, voyez-vous, pour avoir laissé ce pauvre petit gars dans cet état. Il aurait dû se tenir à ses côtés. Paul était celui qui l’avait conduit à Christ. Mais, vous voyez, c’était sans que ce dernier connaisse l’Esprit, connaisse quelle est la volonté de Dieu et ensuite fasse la volonté de Dieu. Voyez-vous? Mais maintenant, voilà qu’ils l’ont laissé dans cette condition. Ils l’ont abandonné! Tous les hommes l’avaient abandonné.

●7 Le prophète Branham était aussi abandonne.

Ecouter en introduction ce qu’il nous dit ici :

L’ETAT PRESENT DE MON MINISTERE     JEFFERSONVILLE IN USA    Sam 08.09.62

3.      Mais j’en suis arrivé au point où je veux expliquer dans quelle phase du temps nous vivons d’après le ministère que le Seigneur me donne. Et je voulais l’enregistrer au Tabernacle. J’ai eu ceci à coeur le printemps dernier, mais j’ai attendu jusqu’à ce que je revienne ici pour que je puisse enregistrer cela, pour vous l’envoyer à vous, tout autour du monde.

DANS SA PRESENCE     JEFFERSONVILLE IN USA    Dim 09.09.62S

7.      J’aimerais que tout celui qui écoute cette bande, veuille bien revenir pour prendre la bande d’hier soir. Etudiez cela chez vous. C’est le–l’étape présente du ministère que le Seigneur m’a donné. Je voudrais que les ministres, particulièrement, entendent cela avant que je visite leurs églises et que j’aille chez eux. Donc, je voudrais qu’ils obtiennent cela. Maintenant, ce matin nous avons parlé sur le sujet Le Compte à rebours, l’Eglise qui est prête à partir.

106.  Eh bien, ne savez-vous pas que les choses qui arrivent aujourd’hui accomplissent les Ecritures exactement à la lettre? Pourquoi les gens laissent-ils... disent-ils ces choses? Pourquoi ces dénominations sont-elles déchaînées? Pourquoi font-elles cela? C’est écrit dans les Ecritures qu’elles le feraient. Ils entrent tout droit dans la chose et font la chose eux-mêmes, aveugles et ignorant qu’ils font cela. Pensez-vous que Judas savait qu’il jouait le rôle de Judas? Pensez-vous que Pharaon savait qu’il était en train de jouer un rôle et que Dieu l’avait suscité dans ce but? Pensez-vous qu’Esaü aurait fait les choses qu’il avait faites? Sûrement pas. Il est dit : «Ils ont des yeux et ils ne voient pas, des oreilles et ils n’entendent pas.» Mais observez l’Ecriture, Elle se révèle. Voyez-vous? Nous sommes au temps de la fin, cela doit être ainsi.

L’ETAT PRESENT DE MON MINISTERE     JEFFERSONVILLE IN USA    Sam 08.09.62

16.    Et aussi loin que je sache, chaque vision qu’Il m’a jamais donnée s’est accomplie sauf celle où mon ministère change, dans le sens que je dois prier pour des gens dans un petit local comme une petite pièce sous une tente, ou un grand auditoire, ou quelque chose comme cela. Pour moi, cela ressemblait à une tente. Vous vous rappelez cela, il y a deux ou trois ans? Presque tout s’est déjà accompli. Je devais descendre au Mexique, et comment il pleuvrait cette nuit-là, et ce qui se passerait là-bas. Et Il m’a parlé de mon ministère du premier pull. Vous souvenez-vous qu’il s’agissait d’attraper le tout petit poisson ou de le manquer? Le second était un petit poisson. Mais alors, Il m’a dit : «Au troisième pull, n’échoue pas! Voyez-vous? Et ne le dis à personne.» J’essaie toujours d’expliquer ce que j’essaie de faire. Il m’a fait savoir qu’il ne fallait dire à personne ce que je suis en train de faire. Je ne dois faire que ce qu’Il me dit de faire et laisser la chose tranquille. Voyez-vous?

 

L’ETAT PRESENT DE MON MINISTERE     JEFFERSONVILLE IN USA    Sam 08.09.62

17.    Mais je suis ce genre de personne... je n’ai pas de secret, alors je raconte tout ce que je sais. Donc cela, c’est simplement héréditaire, je suppose. Mais cela, j’essaie... J’aime les gens, et je veux tellement que les gens soient sauvés que j’essaie de leur dire tout ce que je sais, sauf si c’est quelque chose qu’Il m’a dit de ne pas dire, bien sûr, pour qu’ils ne le manquent pas. Voyez-vous? Je veux qu’ils le voient tellement de près qu’il n’y aura pas d’erreur là-dedans.

●8  Chaque vision que Dieu avait adonnée a frère Branham s’est accomplie sauf celle où son ministère avait change.

18.    Maintenant, cela s’est passé comme dit. Maintenant, rappelez-vous, la recommandation était, si nous étudions cela pendant un moment : «Je t’en conjure devant Dieu et devant le Seigneur Jésus-Christ, Qui doit juger les vivants et les morts à Sa venue dans Son Royaume.» Voyez-vous? «Je te juge... Je t’en conjure devant Dieu, et devant Christ, de–de prêcher la Parole.» Et alors aide-moi. Jusqu’à ce soir, et au mieux de ma connaissance, je n’ai jamais prêché autre chose que la Parole, voyez-vous, et je suis resté juste avec Elle. Cela m’a valu beaucoup de difficultés, et je suis passé par beaucoup de persécutions et beaucoup d’épreuves, et j’ai dû me séparer de beaucoup d’amis précieux à cause de cette déclaration même. «Prêche la Parole.» Et je–je l’ai fait.

46.    Remarquez. Mais le moment vient où c’est le temps d’être abandonné, et cela–cela doit venir. Il faut que cela vienne. Et maintenant, il y a plusieurs prophètes et autres Livres ici auxquels je puis me référer, pour vous prouver que ce temps vient. Et c’est arrivé pour moi. Pas la peine d’essayer d’enlever cela, ça se trouve là, et il faut l’accepter. Ils ne l’enlevaient pas, ils se tenaient là et l’acceptaient, et ils n’avaient pas honte de l’Evangile.

54.    Vous voyez, le temps vient, mes amis. Et je veux que les gens dans les endroits où vont les bandes se souviennent que le temps de la séparation doit venir. Il le faut. Je ne sais pas à combien je suis du temps de la fin, de la fin de ma route. Je l’ignore. Cela appartient à Dieu. Je ne sais pas ce que sera demain, et qui... J’ignore ce que demain renferme, mais je sais Qui le tient. Et c’est donc sur cela que ma foi est bâtie, sur cela.

117.  Beaucoup de mes frères ont beaucoup de popularité aujourd’hui parmi leurs frères confessionnels. Vous prononcez seulement un nom, mon ami, et c’est comme un feu, partout, c’est vrai, lorsque vous prononcez le nom de cette personne. Et, après tout, quand le Seigneur m’a parlé là-bas près du fleuve ce jour-là, ça a été le fer de lance de ce réveil autour du monde, c’est de là que vient chacun de ces grands évangélistes.

118.  Ils sont retournés tout droit auprès de leurs frères, voyez-vous, ces dénominations d’où ils étaient sortis. Ils viennent ici, tiennent une réunion, se mélangent aux dénominations, et ils y retournent aussitôt à nouveau. Ils reçoivent beaucoup d’honneurs, ils ont de grands noms à la radio, dans les journaux, et tout. Tous disent du bien d’eux.

119.  Mais tous les hommes m’ont abandonné parce que j’ai pris la vraie Parole et que cette Parole... Je suis resté exactement avec ce qu’Il m’a dit, j’ai prêché la Parole, pas une philosophie confessionnelle. «Prêche la Parole!», c’était ça, ma commission, «Reste avec la Parole.» Et, frères, vous qui écoutez ceci sur les bandes, j’étais un grand homme quand je suis venu parmi vous, guérissant simplement les malades, parlant des visions et montrant des choses. Mais quand j’en suis arrivé à vous dire la vérité au sujet de la Parole, pourquoi m’avez-vous tourné le dos? Est-ce que vous vous rendez compte que cela accomplit exactement ce que l’Ecriture a dit? Oui, voilà ce que cela fait. Maintenant je peux à peine entrer quelque part.

120.  Des lettres arrivent tout le temps. Il y en a une qui est arrivée l’autre jour, disant : «Frère Branham, j’avais une très grande confiance en vous, mais je vous ai entendu dire qu’une certaine dénomination à laquelle j’appartiens rétrogradait.» Elle disait : «Je n’ai plus du tout confiance en vous à partir de maintenant, dit-elle. Il y avait à peu près vingt-cinq frères de ma dénomination présents dans une de vos réunions, dit-elle, nous nous sommes–sommes simplement levés et nous sommes partis quand vous avez dit cela.»

121.  Eh bien, tous les hommes m’ont abandonné, mais il y a une chose, Il est resté avec moi...? ... Je ne suis pas, je n’ai pas été désobéissant à la vision céleste qui est arrivée là-bas sur le fleuve. J’y suis resté fidèle. Lui m’est resté fidèle. J’ai confiance en Lui qu’un jour, je ne sais pas quand, mon ministère sera couronné. Je resterai simplement aussi fidèle que possible. Je ne sais pas ce que ça sera, je ne sais pas quand ça aura lieu. Et je... Mais quand Il sera prêt, je le serai aussi. Maintenant, faites bien attention. J’espère qu’Il couronnera mon ministère avec ceci : qu’Il me laisse prendre les vêtements de la Parole pour vêtir Son épouse du vêtement de la Parole, et cela pour Sa justice. J’espère qu’Il me couronnera et que je pourrai dire en ce jour-là, me tenant là : «Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.»

122.  Il y a tant de collines à gravir. La tension... Parfois cela devient difficile, mais Celui Qui indique le chemin sait simplement ce qui est mieux. Il sait ce qui est mieux. «Les peines du chemin ne sembleront rien du tout, lorsque nous arriverons au bout de la route.» Allons à la recherche de cette empreinte de pas sanglante. Rappelez-vous simplement mes amis que «les sables ont été lavés dans l’empreinte de pas de cet Etranger sur la plage de Galilée; et cette voix qui dompta les flots agités ne sera plus entendue en Judée. Mais aujourd’hui, je suivrai avec tant de joie le sentier de ce Galiléen solitaire; et les peines de la route ne sembleront rien quand j’arriverai au bout du chemin.»

124.  Je ne sais ce que l’avenir réserve, mais vous voyez où nous en sommes, n’est-ce pas? Vous voyez pourquoi tout le monde dit, même certains de mes propres collègues ont dit : «Eh bien, Frère Branham est au bout du rouleau.» Voyez-vous? Oui. «Au bout du rouleau.» Voyez-vous? «Ah! nous n’entendons plus beaucoup de choses qui se passent!» Voyez-vous? Eh bien, nous... Ils ne comprennent simplement pas, c’est tout, ils ne comprennent simplement pas, ils ne voient pas Cela.

70.    Ne voyez-vous pas comment cet esprit est toujours vivant, disant : «Vous êtes au bout du rouleau, frère»? Oh! cela–cela passe simplement au-dessus de la tête des gens. Ils ne saisissent simplement pas cela, c’est tout ce qu’il en est. Vous voyez? Ils ne le voient simplement pas. Voyez-vous? Ils ne comprennent pas.

71.    Maintenant, Démas... Il n’a pas frappé cet homme de cécité parce qu’il le voulait. Jésus n’a-t-il pas dit : «Je ne fais rien avant que le Père ne Me le montre d’abord»? Est-ce que je ne vous ai pas dit, il y a des années, lorsque ma propre mère, étant alitée et en train de mourir, m’a dit : «Bill, qu’en sera-t-il de moi?» Je ne pouvais rien dire avant que Dieu ne me le dise d’abord. Et c’est juste ce qui s’est passé. L’homme ne peut pas, l’homme est un raté pour commencer. Il est seulement un instrument par lequel Dieu travaille, et Dieu accomplit Sa propre volonté. Mais lorsque vous voyez ces gens formidables qui ont toujours ceci et cela, vous feriez mieux de rester éloignés de cela. Voyez-vous? Jésus Lui-Même ne faisait pas cela. Il dit : «Je travaille seulement quand le Père travaille. Il Me montre quoi faire et alors Je vais le faire. Je ne peux autrement faire autre... quoi que ce soit d’autre.»

79.    Et, frère, il y a un tas de ces esprits de Démas dans le monde aujourd’hui. Ils ne savent pas de quoi il s’agit, voyez-vous. Cela ne sert à rien d’essayer de le leur expliquer, car ils ne le saisiront pas de toute façon. Voyez-vous? Voyez-vous? Un serviteur de Christ suit les empreintes des pas.

86.    Je dis ceci : «Lorsqu’un homme reste fidèle à la Parole, pas seulement dans une réunion, mais dans chaque réunion, lorsqu’un homme reste fidèle à la Parole, le temps viendra où ils le quitteront. C’est vrai. Ils l’ont fait. Ils l’ont fait avec notre Seigneur. Ils le quitteront s’il défend la Vérité. «Tout le monde m’a abandonné.» Et maintenant, qu’est-ce que vous pensez que Démas et quelques-uns de ces hommes pensaient, alors que nous le savons tous, nous qui connaissons l’Ecriture, que Luc était un médecin, et Paul, partout où il allait, prenant ce docteur avec lui? Et il prêchait la guérison divine et laissait son ami malade. Si pauvre qu’il n’avait qu’un seul manteau. Et il a laissé un homme le chasser de la ville, alors qu’il pouvait frapper un homme de cécité. Voyez-vous, ils pensaient qu’il était au bout du rouleau. Mais il ne l’était pas. Il était exactement dans les Empreintes de Pas ensanglantées. Il continuait de les suivre. J’espère que vous comprenez. Il dit : «Tout le monde m’a abandonné.»

87.    Démas, lui, aimait ce siècle présent, la popularité de l’homme. «Bonjour, Docteur Démas! Je sais que vous avez votre diplôme de Docteur.»

88.    Oh! certainement qu’ils aiment ça! Jésus a dit : «Combien vous aimez vous tenir debout dans les synagogues et être appelés «Rabbi» etc.» Il a dit: «Vous ne recevez que plus de damnation.» Vous voyez?

L’ETAT PRESENT DE MON MINISTERE     JEFFERSONVILLE IN USA    Sam 08.09.62

91.    Combien je pense à cela! Combien un serviteur qui sera fidèle à la Parole, tôt ou tard, rappelez-vous simplement, les gens vont l’abandonner. Maintenant, nous voulons insister là-dessus, juste pendant quelques minutes, et je ne vous garderai pas trop longtemps maintenant, parce que je veux que vous soyez ici demain matin. A chaque fois, lorsque le serviteur de Dieu demeure fidèle à la Parole, tous l’abandonnent. Et cela... Maintenant choisissez n’importe quel exemple, à n’importe quelle époque dans la Bible ou dans l’histoire, ou lorsqu’un homme restait fidèle, peu importe combien il était populaire, lorsqu’il restait fidèle à la Parole, le temps venait où le monde religieux l’abandonnait et le rejetaient. Maintenant, vous pouvez le lire simplement dans la Bible, de la Genèse au Livre de l’Apocalypse, et prenez le Concile pré-nicéen et aller jusqu’aux «Pères Nicéens», et chaque homme, chaque saint, chaque prophète, chaque vrai serviteur de Dieu qui restait avec la Parole était abandonné par l’organisation ecclésiastique et était rejeté. Et Paul était l’un d’eux.

92.    Et s’il y en avait aujourd’hui, ça serait pareil. C’est exactement la vérité. Vous devez en venir là. Cela doit arriver. Ils pensent qu’un homme qui aurait un ministère pareil devrait tenir le monde entier sous sa domination. Il le devrait, mais ils ne veulent pas être sous domination. Voyez-vous? Et un tel homme ne tiendra pas sous sa domination un ministère, ni le monde; il abandonnera ça sous la domination de Son Maître, parce qu’il n’est pas ici pour se représenter lui-même, il représente Son Maître.

93.    Vous savez, les hommes essayent de rechercher les honneurs les uns des autres, et ils s’honorent les uns les autres, et ils déshonorent Dieu en faisant ainsi. Voyez-vous? Nous essayons d’avoir de grands hommes parmi nous, alors que nous ne sommes pas de grandes gens et de petites gens; nous sommes tous de petites gens. Un Seul est grand parmi nous, et c’est notre Seigneur. Voyez-vous? Et nous rendons notre organisation tellement plus grande que Dieu : «La grande église sainte de ceci et de cela, les grands saints évêques, etc.» Des choses pareilles n’existent pas. Cela, c’est l’honneur de l’homme. Il n’y a qu’Un seul qui soit Saint, et c’est Dieu. Et le Saint-Esprit, qui est Dieu, est parmi nous. Ce n’est pas que nous sommes saints, c’est le Saint-Esprit qui est en nous. Ce n’est pas... Lorsque nous voyons des choses qui sont faites, ce n’est pas nous qui les faisons, c’est le Saint-Esprit. Jésus a dit : «Ce n’est pas Moi qui fais les oeuvres, c’est Mon Père. Il demeure en Moi, et c’est Lui qui fait les oeuvres.» Et ce n’est pas l’homme qui–qui les fait. Très bien. Mais nous trouvons de ces serviteurs fidèles tout le long des âges.

94.    Maintenant, voici la chose à laquelle je veux m’appliquer un peu pendant quelques instants. Maintenant, c’est généralement dans un tel moment, lorsqu’un homme est resté fidèle à la Parole et que tous l’ont abandonné, que Dieu intervient pour défendre cette personne et couronner son ministère. C’est vrai. Quelle consolation! Une consolation est bâtie sur la promesse de la Parole de Dieu. Peu importe ce que le monde dit, ce que le monde fait, ça, ce ne sont pas nos espoirs; ils ne reposent pas sur ce que le monde fait.

95.    Je pense à un cantique vraiment joli. J’aimerais pouvoir le chanter. J’ai toujours voulu chanter. Voyez-vous? «Ceux qui s’attendent à l’Eternel renouvelleront leur force, ils s’élèveront avec des ailes comme des aigles, ils courront mais ne se fatigueront pas, ils marcheront mais ne se lasseront pas; apprends-moi, Seigneur, à attendre. Apprends-moi, Seigneur, à attendre à genoux.» J’aime cela. «Et au temps que tu trouves convenable, Tu répondras à ma supplication; apprends-moi à ne pas m’appuyer sur ce que font les autres, mais à simplement attendre en prière une réponse venant de Toi.» C’est cela, voilà le serviteur fidèle qui attend le tour de son Maître, sachant ceci que les Ecritures ne peuvent faillir, indépendamment de ce qui se passe. L’Ecriture doit demeurer véridique. C’est généralement dans des moments comme celui-ci, que Dieu intervient pour les aider.

 

Prions….